Le 13 août 2015, nous avions (déjà) consommé la totalité des ressources naturelles que la Terre produit en un an. C’est ce qu’on appelle le jour du dépassement. Et malheureusement, il survient de plus en plus tôt chaque année ; en 2014, c’était le 19 août, en 2013 c’était le 20 août, en 2000 le 1er octobre…

Cet indice, basé sur les données de l’ONU, compare l’empreinte écologique, qui mesure l’exploitation des ressources naturelles de la Terre par l’homme, avec la biocapacité de la planète, c’est-à-dire sa capacité à régénérer ses ressources et absorber les déchets, comme les émissions de gaz à effet de serre.

Comme chaque année, Global Footprint Network a affiné sa méthodologie et recalculé grâce à elle tous les jours de dépassement depuis 1970, afin d’améliorer les comparaisons annuelles. Cela permet de constater que le seuil de dépassement a reculé de 132 jours en quarante-cinq ans, bien au-delà de la marge d’erreur de 15 %.

Alors que les humains ne consommait que 103 % des ressources terrestres en 1970, en franchissant symboliquement ses limites le 23 décembre, ils en consomment désormais 163 %. Source Le Monde

Pourquoi continuer à mettre en évidence ce déficit écologique chaque année ?

Parce que qu’il est encore possible d’inverser la tendance si nous réagissons rapidement. Sachant que 86% de la population mondiale vit dans des pays qui consomment plus qu’ils ne devraient, si chacun y met du sien – individuellement, mais aussi au niveau national – la réduction de notre consommation globale est à portée de main.

N’oublions pas que nous sommes de plus en plus nombreux ; un milliard de plus qu’en 2000 .
Raison supplémentaire pour économiser les richesses de la Terre afin de pouvoir subvenir aux besoins des générations à venir.

 

Comment inverser la tendance?

1. En réduisant notre alimentation en viande.
Il ne s’agit pas de tous devenir végétariens, mais de moins en manger. Non seulement, les ovins et les bovins participent largement à l’émission de gaz à effet de serre – à travers leurs flatulences -, mais de nombreuses forêts sont détruites, remplacées par des plantations permettant de nourrir ces animaux. Et la déforestation augmente la production de ces gaz.

2. En recyclant, pour éviter la fabrication d’objets déjà existants et pour que ceux-ci puissent resservir.
Le tri sélectif des déchets permet donc de préserver des ressources naturelles. Attention à les jeter dans les poubelles spécifiques (verre, organiques, papier/plastique/métal). Les gouvernements de chaque nation pourrait mettre en place des législations pour favoriser et éduquer les citoyens à ses habitudes.

3. En limitant notre consommation énergétique.
Par exemple en éteignant la lumière lorsque l’on quitte une pièce, en débranchant les appareils rarement utilisés, en ne laissant pas l’eau couler lorsque l’on se brosse les dents, en consommant des produits de saison pour éviter la consommation de carburant due à l’acheminement de denrées, en privilégiant les sacs réutilisables pour faire ses courses…

Ces gestes, qui nous sont souvent répétés, nous les connaissons tous. Mais ils sont importants pour nous et pour l’avenir de cette planète Terre qui nous accueille et que nous maltraitons tous quotidiennement pas notre inaction!

Lire aussi l’article L’Homme et la Terre : une histoire d’un jour, pas de toujours…